mardi 28 avril 2020

Ressources en ligne: revues de mode en français

Quelques liens vers des institutions, qui numérisent des revues de mode.

Je vous conseille d'y retourner souvent car la numérisation est un travail de fond (qui permet d'offrir une accessibilité au plus grand nombre, mais également de conserver ces revues, souvent imprimées sur papier industriel bon marché, et qui se détériore très rapidement).



* Gallica: le plus important, c'est le portail numérique de la Bibliothèque Nationale de France (BNF). Je vous mets directement un lien vers la page rassemblant toutes les revues de mode. Il faut cliquer sur le nom de la revue qui vous intéresse. Vous y  verrez les années proposées. Sur certaines revues, la recherche "plein texte" est possible: c'est  dire que vous pouvez chercher un mot dans tous les numéros, ou par année de la revue. D'autres ne sont disponibles que sous format image... Il vous faudra feuilleter. 
A ce jour, 54 titres sont disponibles. Certains sont assez exhaustifs, d'autres non, soit que la BNF ne possède pas tous les numéros, soit qu'ils ne sont pas numérisés, soit que la revue ait été très éphémère.
Les périodes couvrent du XVIIe au milieu du XXe siècle.
Ils sont téléchargeables, soit en entier, soit par page. Comme ils sont tombés dans le domaine public, ils sont libres de droit (tant que ce n'est pas pour un usage commercial).  Donc si vous cherchez une revue, venez ici vérifier ici si le numéro n'est pas disponible plutôt que de l'acheter...



* Le Musée Galliera: le centre de documentation a numérisé à la fois des revues et, chose assez rare, des patrons!
A ce jour, 12 titres de revues. Également des catalogues commerciaux (des Magasins du Louvre).
Les patrons de La Mode Illustrée. Ils ne sont pas complets mais présentent un panorama des années 1860 aux années 1920. Même remarque que pour Gallica plus haut: vérifiez si le patron que vous voulez acheter n'est pas ici.
Les revues et les catalogues ne sont pas téléchargeables (enfin, je n'ai pas réussi!) et s'ouvrent dans une liseuse. Par contre, c'est le cas des patrons, qui sont des PDF.


Les revues de mode sont ici. (vous pouvez ensuite, quand la page de la revue c'est ouverte, dans le moteur de recherche, ajouter une année au titre de la revue pour filtrer la recherche)
Il y a notamment La Mode Illustrée, quasiment complète! A compléter, donc, avec les patrons de Galliéra...
4 titres numérisés pour le moment, mais presque au complet.
Les numéros sont téléchargeables en entier en PDF (en cliquant sur le titre, sous la visionneuse, avant de l'ouvrir) ou après avoir cliqué sur la visionneuse, en étant sur l'image qui vous intéresse -> clic droit-> afficher l'image.

La Bibliothèque du MAD Paris a également numérisé les albums dit Maciet. Ceux-ci ont été constitués, de façon thématique, par Jules Maciet. Il a rassemblé des images de tous types en plus de 5000 albums. Ils sont consultables librement à la Bibliothèque mais également en ligne! C'est une mine d'or, mis à part que l'on a pas toujours la source de l'image...

Avec ça, vous aurez déjà beaucoup de grain à moudre!

Un énorme merci à toutes ces institutions!

***

NB: ces revues sont accessibles gratuitement.

Elles sont, a priori, libres de droits. La réutilisation non commerciale de ces contenus est libre et gratuite dans le respect de la législation en vigueur et notamment du maintien de la mention de source des contenus telle que précisée ci-après : « Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France » ou « Source gallica.bnf.fr / BnF »
La réutilisation commerciale de ces contenus est payante et fait l'objet d'une licence. Est entendue par réutilisation commerciale la revente de contenus sous forme de produits élaborés ou de fourniture de service ou toute autre réutilisation des contenus générant directement des revenus. Plus sur les condition d'utilisation du le site de Gallica.

En ce qui concerne le Musée Galliéra, le site mentionne que "L'ensemble des matériels édités sur le site palaisgalliera.paris.fr, incluant notamment les textes, les photographies, les infographies, les icônes sont la propriété exclusive du Palais Galliera, musée de la Mode de la Ville de Paris ou des parties dont il a été obtenu le droit d'utilisation. En conséquence, toute représentation ou reproduction, pour un usage autre que personnel, qui pourrait en être faite sans le consentement de leurs auteurs ou de leurs ayants-droit, est illicite." D'où les revues non téléchargeables. En outre, si vous souhaitez revendre les scans des patrons, le Musée peut vous poursuivre s'il arrive à prouver que ce sont ceux qu'il a fait faire... Donc autant éviter!




lundi 27 avril 2020

La Mode Illustrée: cours de coupe, la blouse (1905): pose des agrafes (2/3)

Introduction ici, première partie là.

*
**

Pour donner à notre travail un aspect soigné, avant de poser les agrafes, nous bâtissons sur le dessus du devant de doublure, le long de la ligne o, p , une bande de choix de 6 à 7 cm de large, fixée d"un côté une piqûre et dépassant extérieurement la ligne o, p de 1, 5 cm environ.


Rabattre cette bande de soie en même temps que la doublure à l'envers du corsage ( a a' de la fig. I) par un point de chausson suivant exactement la ligne o , p que nous avions marquée d'un fil. C'est sur ce rabat que nous allons poser la agrafes d'un côté, les portes de l'autre. On peut les placer de deux façons différentes, soit directement sur le corsage en traversant l'étoffe, soit en les cousant à part sur un ruban croisé en fil, qu'on fixe ensuite au bord du corsage (b de la fig. I et II) . Cette manière est plus soignée en ce que les points se trouvent dissimulés, mais elle offre certainement moins de solidité à l'usage.


Les agrafes ordinaires se dégrafent constamment, ainsi conseillons-nous d'employer les agrafes à ressort dites "agrafes de Long" qu'on trouve dans tous les magasins de nouveauté.
Elles donnent une entière sécurité. Le N°2 est la bonne grosseur pour les corsages.

Si vous les cousez à même le corsage, placez les à 3 cm les unes des autres: les agrafes à l'envers du devant de droite et à demi centimètre du extérieur (fig. I); les portes au devant de gauche, et dépassant le bord qu'on puisse attacher le corsage sans difficultés (fig. II).

Si vous cousez portes et agrafes sur un ruban de fil, celui-ci aura une largeur de 1,5 cm environ. Les deux bouts seront de même longueur que le devant du corsage; vous coudrez sur l'un les agrafes dont la tête touchera à l'extrême bord d'un côté du ruban; sur l'autre, les portes distancées toujours de 3 cm et dont la boucle dépassera le bord du ruban (fig. I et II). Bâtissez ensuite la bande des agrafes au coté droit du corsage et à un demi centimètre du bord. Celle des portes sera placée sur l'extrême bord du côté gauche, comme nous l'avons dit précédemment. Vous cousez alors les deux bandes avec du fil solide en veillant à ce qu'elles ne resserrent pas le corsage (fig. I et II).

Vous repliez ensuite sur elle-même une bande de soie de 10cm de large que vous fixez sur les portes pour former sous-patte et qui les dépasse extérieurement de 3cm (c de la fig. II). Cette sous-patte a pour but de clore parfaitement le corsage s'il venait à l'entr'ouvrir entre les agrafes. Un biais de soie de 4cm de large est ensuite cousu sur le ruban d'agrafes (pénétrant sous le crochet de celles-ci), pour le dissimuler complètement (c de la fig. I).



Source: La Mode Illustrée, gallica.bnf.fr / BnF